a stackable world

Applaudir en langage de signe

12.01.2011
lien permanent
0 commentaire(s)

Ma maman prend des cours de langage des signes. Elle m'a donc montré des signes et leur signification. Elle trouvait particulièrement sympa la manière d'applaudir; j'ai tressailli.

Applaudir en langage des signes se fait comme suit : mettez vos deux mains à hauteur de votre visage et tournez vos poignets de gauche à droite, les doigts écartés.

Dans un monde idéal, tout le monde devrait pouvoir communiquer avec tout le monde indépendamment de son handicape, son statut social, ... Afin d'arriver à cet objectif, il est important de conserver une certaine interopérabilité entre les différents moyens de communication.

Lorsqu'on applaudit, le but est de faire du bruit avec ses mains en les tapant l'une contre l'autre. Les malentendants ne peuvent pas entendre ce bruit, ce qui a certainement mené à la création de ce nouveau symbole.
Malheureusement ça amène une difficulté de compréhension, celui qui ne connaît pas le langage des signes sera exclu.

Taper dans ses mains produit du bruit mais à aussi un visuel distinct. Regarder un concert sans le son, vous saurez immédiatement quand le public applaudit : les gens tapent dans leurs mains.
Le symbole de taper dans les mains peut donc convenir à un malentendant, excepté la position des mains au niveau du torse peut rendre plus difficile à le voir.

Par contre applaudir en tapant dans ces mains est pleinement accessible à un non-voyant. Ce qui n'est pas le cas de la version langage des signes : il manque le bruit.

Taper dans ses mains produit un son et donc une vibration. C'est palpable. Un millier de personnes tapant dans leurs mains pourrait être perçu par un sourd-aveugle, il y a un tremblement qui se dégage de la foule.

Il est évident que chaque groupe de personnes a ses codes et ses symboles, mais conserver certains codes à travers tous les groupes est important : on applaudit rarement seul; on applaudit un groupe de musique, on applaudit des sportifs, on applaudit un orateur, on applaudit un mime, un clown, une danseuse, ...

L'interopérabilité permet à l'être humain de partager une grande quantité d'informations, par exemple Internet et le Web. Dans les langages humains, une certaine interopérabilité est nécessaire. Modifier un symbole aussi universel qu'applaudir est une erreur qui créer de l'incompréhension où il n'est pas nécessaire.

A stackable world

12.01.2011
lien permanent
0 commentaire(s)

Après une longue inactivité, j'ai décidé de me remettre une peu sur ce blog. Pour l'occasion je change le nom, a stackable world, et fais une nouvelle mise en page

L'idée du nouveau nom est venu d'une discussion que j'ai eu sur DLFP au sujet d'Internet (plus précisément de l'échec d'IPv6, pour les non-inités : on peut dire Internet 2 (le Web n'étant qu'un service disponible sur Internet)).
Un commentateur est venu comparé la couche IP à l'électricité du TGV. Je me suis donc fendu d'un commentaire qui plaçait correctement (enfin mieux que de comparer ça à l'énergie) IP dans l'analogie du TGV (et démontrait que le TGV pouvait fonctionner au charbon :D).

Suite à ça j'ai réfléchi et j'ai remarqué avoir pris l'habitude d'aborder le monde réel comme on aborde le réseau : un modèle en couche.

Je vais essayer de prendre l'habitude de présenter différente facette de ce monde comme on aborde une panne réseau (comme celle de ce matin).